MERCI DE VOTRE VISITE

Les informations contenues dans  ce site ( Textes - Photos - Documents ) sont protégées par un copyright; rappelé par la signalétique "@ Le Couteau " présente en bas à gauche de chaque page

903Dernière mise à jour 

22  / 11 / 2022

****

Parmi les insertions récentes :

Cyprien SOMMELET 1890 / catalogue Forges de Bologne / catalogues

Les M.O.F depuis 1924 / voir couteiers et marquages / couteliers d'art

SGCO coutellerie Fermante 1925 / catalogues

Catalogue BÉLIGNÉ 1930

ARTHAUD CHOSSON / catalogue

Aimé FAYARD feuillet Commercial / catalogues

La Coutellerie Langroise au 18ème siècle / Un peu d'Histoire

Catalogue RETRU-GROS : ajout des tarifs d'époque avec précisions descriptives / Cotalogues / Retru Gros

Affutage à la MEULE A EAU / technique / affutage

Le BOIS plus dur que l'ACIER !! / technique/ Acier

L'AFFUTAGE selon Opinel _Affuter & Affiler / Technique / Affutage

Les couteaux de notation / voir couteaux dédiés / couteaux religieux

OKAPI"Maïs" : étranger/Allemagne / Okapi

Douk Douk : CLONES à céder

Angel NAVARRO / Couteliers & Marquages / Couteliers d'Art

L'OPIROI / régionaux / Opinel / Anciens

COGNET ; l'embouti n° 313 / régionaux / Douk Douk / Autres productions / Emboutis

BOULEDOGUES Américains / Etranger / USA

Couteaux turcs d'ANATOLIE / Etranger / Turquie

DUCHER coutelier / couteliers et fabricants de Thiers / Ducher

Couteaux Historiés:La Patineuse et l'Alpiniste de Fonteix /Historiés et figuratifs / Historiés

BADAUD Compléments / Couteliers de Thiers / Badaud / Rajout

Catalogue feuillets CMC . catalogues / Cie Métropolitaine Coloniale

Les MATCHETTES Heinrich Schmidtt Feuillets catalogue / Etranger / Allemagne

Les TRATTENBACHER autrichiens / Etranger / Autriche

Tailles des Opinels actuels / Régionaux / Opinel / Fabrication actuelle

"BOULEDOGUES U.S." Précisions / Régionaux / Manufrance / Bouledogue 

Marquages arabes et Marquages / Couteliers & Marquages / Marquages

Jean Michel CAYRON / couteliers et marquages / couteliers d'art et artisans

Catalogue RENARD & COURTOT / Catalogue

Mini Catalogue "Le Couteau de Thiers"

La Coutellerie à MOULINS / Couteliers et marquages / couteliers et Fabricants / MOULINS

Catalogue BROSSARD DACHÉ 1950 (50 pages) / Catalogues

Catalogue SABATIER Jeune 1921-1930  / catalogues

 

Pour les passionnés des COUTEAUX & de la COUTELLERIE ancienne !

Le couteau dont a rêvé Jacques POIRIER (1922-2005) fabuleux peintre français, "Pape" du Trompe-l'Oeil

Ce site est en construction permanente

Il est appelé à se modifier progressivement.

N' hésitez pas à y faire un tour régulièrement, afin de voir les nouveaux apports.

Lorsqu'il s'agit d'un nouveau chapitre, cette information apparait à gauche, sous le libellé "Insertions Récentes"; mais de nombreux enrichissements sont apportés régulièrement dans des chapitres déjà  existants.

Les noms des chapitres suivis de 2 astérisques sont ceux qui ont déjà été abondés, au moins  partiellement.

Merci d'avance pour votre contribution et vos autorisations de reprises d'infos, de photos ou de publications



             Merci  amical au 1,5 MILLIONIÈME visiteur

                            du  22 09 2022  !

          Le compteur des 100.000 suivants est reparti . . .

l'I.G.P. LAGUIOLE, c'est fait !!

l'I.G.P. LAGUIOLE, c'est fait !!

L’avis est tranché.

Dans un décret paru ce vendredi 23 Septembre 2022 au Journal officiel, l’Institut national de la propriété intellectuelle (INPI)homologue une Indication géographique (IG) pour les mondialement connus couteaux Laguiole. Ils bénéficient désormais de la même protection et traçabilité que la porcelaine de Limoges par exemple, ou la tapisserie d’Aubusson.

A priori, la nouvelle devrait faire sauter de joie la quinzaine de couteliers de la célèbre commune aveyronnaise, fabriquants des fameuses lames, cibles de nombreuses contrefaçons à travers le monde. Il n’en est rien. Car la toute nouvelle IG concerne 94 communes de six départements et donc, aussi, la quarantaine de couteliers du bassin de Thiers, à plus de 200 kilomètres de là, dans le Puy-de-Dôme. C’est d’ailleurs ces derniers, sous l’étendard de l’associationCouteau Laguiole Aubrac Auvergne (CLAA) qui ont demandé à l’Inpi cette IG « Couteau Laguiole », tandis que la demande d’IG « Couteau DE Laguiole » des Aveyronnais avait été retoquée en avril 2022.

Cette rivalité entre les deux bassins de production est ancienne. Les Auvergnats défendent quelque « 400 emplois » du bassin thiernois et veulent rétablir « la vérité historique ». Ils estiment que sans leur savoir-faire, l’artisanat des Laguiole n’aurait pas pu resurgir dans l’Aveyron dans les années quatre-vingt, alors qu’il y avait disparu, faute de main-d’œuvre, au détour de la Première Guerre mondiale. Une lecture de l’histoire que l’Inpi valide dans sa décision. D’ailleurs, Aubry Verdier, le président de la CLAA salue « une décision sage, conforme à la vérité historique et géographique ». Il insiste sur le caractère « rassembleur » de l’homologation. « Elle va nous permettre de mieux nous défendre contre le reste du monde », assure-t-il.

 

( extrait du journal "20 minutes" du Vendredi 23 septembre 2022)

Pour mémoire // Info Presse 12 Avril 2022

les couteliers de Laguiole voient leur demande d’indication géographique rejetée

PATRIMOINE La bataille pour l’indication géographique autour des couteaux de Laguiole fait rage. Les forges aveyronnaises viennent de voir leur demande rejetée alors que celle portée par les artisans de Thiers est toujours en cours

  • En novembre 2020, une grande partie des couteliers aveyronnais de Laguiole ont déposé un dossier d’indication géographique « Couteau de Laguiole » auprès de l’INPI.
  • Depuis, des fabricants de couteaux Laguiole installés majoritairement à Thiers, mais aussi dans la zone précitée, ont aussi déposé un dossier pour une indication géographique autour du même « couteau Laguiole ».
  • Ce lundi, l’INPI a rejeté la demande des Aveyronnais et rendra sa décision d’ici fin le 21 mai pour celle des artisans du Puy-de-Dôme.

Après s’être battu des années durant devant les tribunaux pour pouvoir réutiliser son nom, Laguiole vient de perdre un nouveau combat pour faire reconnaître son savoir-faire  dans la fabrication du  célèbre couteau à l’abeille. Une désillusion pour les couteliers de l’Aubrac qui vient cette fois de l’Institut national de la propriété industrielle auprès de qui plusieurs entreprises employant 220 salariés avaient déposé en novembre 2020 un dossier de demande d’indication géographique des couteaux de Laguiole.

Un moyen pour ces fabricants locaux, de maintenir des emplois locaux sur place et « défendre le savoir-faire ». Mais lundi, l’Inpi a décidé de rejeter cette demande. Il faut dire qu’entre-temps, d’autres fabricants ont décidé de déposer eux aussi une demande d’indication géographique pour les mêmes couteaux, mais cette fois-ci estampillés « Couteau Laguiole ».

Un projet porté par l’association « Couteau Laguiole Aubrac Auvergne » qui comprend une grande majorité d’artisans du bassin de Thiers. Depuis des années ils produisent eux aussi le fameux couteau et ne voulaient pas se voir priver de la possibilité d’avoir eux aussi une indication géographique. « L’attribution d’une IG ne saurait exclure les couteliers du bassin thiernois qui entretiennent continûment le savoir-faire traditionnel associé depuis plus de cent cinquante ans. D’autant plus que ces derniers ont permis la survie de ce couteau aujourd’hui emblématique de la coutellerie française », ont-ils fait valoir lors du dépôt de leur dossier. L’enquête publique sur cette seconde demande s’est clôturée le 21 mars au soir. « Le délai légal pour envoi de la synthèse à l’association est de deux mois, donc d’ici au 21 mai », indique l’Inpi.

Depuis deux ans, les fabricants de l’Aveyron et du Puy-de-Dôme sont donc à couteaux tirés pour savoir lequel des deux remportera le précieux label. Ceux de Laguiole n’ont pas caché leur déception ce lundi. « On est très déçu et surpris que l’Inpi ne nous donne pas un avis favorable. Si l’Inpi valide la demande de Thiers, l’indication géographique englobera six départements et les couteaux pourront être fabriqués à 250 ou 300 km de Laguiole », a déploré Honoré Durand, le président du syndicat des fabricants aveyronnais des couteaux de Laguiole.

 

Comme un déjà-vu avec le savon de Marseille

Il relève que les conditions de fabrication sur les deux territoires ne sont pas les mêmes, mais surtout qu’il y aurait un manque de clarté pour le consommateur qui cherche à se procurer des couteaux venant de l’Aveyron. Et a reçu l’appui de nombreux élus, notamment celui de la présidente de la région Occitanie, Carole Delga.

Aujourd’hui, il compte faire appel. Les suites judiciaires pourraient conduire le dossier au statu quo, ou plutôt à un véritable imbroglio, comme cela est le cas pour l’indication géographique du savon de Marseille. Depuis des années, plusieurs associations s’affrontent pour obtenir le précieux sésame pour le carré lavant à base d’huile d’olive. Certaines se battent pour limiter l’appellation à la zone géographique d’autres au procédé de fabrication du produit. Et en attendant, le savon de Marseille n’a toujours pas d’IG.

      AFFAIRE A SUIVRE !!

Appelés tantôt " couteaux de réfectoire conventuels ", tantôt " couteaux de notation ", ils comportent une courte partition musicale gravée sur la lame, différente selon la face.

Il s'agit de 2 prières traditionnelles en usage dans les couvents et les monastères:

          - Le BENEDICITE : " quae sumpturi sumus benedicat trinus et unus "

          - Le GRATIARUM ( actions de grâce en remerciement ): " pro tuis beneficiis deus gratias ".

A noter que, sur certaines collections de ces couteaux, la partition varie selon la voix: Basse, Ténor, Contreténor et Supérius, conformément aux registres de l'époque.

Ces couteaux  liturgiques comportaient une lame en acier supportant les textes gravés. Les manches étaient le plus souvent fabriqués en ivoire et os (parfois teinté), ainsi qu'en ébène. Pour le décor, c'est la gravure qui était utilisée; parfois également avec quelques motifs en cuivre insérés.

Ajoutée à ces décors plutôt luxueux, leur  longueur d'environ 30 cm amène à penser qu'ils appartenaient davantage aux éléments de présentation qu'aux couverts fonctionnels. Peut-être étaient ils utilisés pour la découpe ?

Il semblerait que les premiers d'entre eux aient vu le jour en Italie, avant de franchir notre frontière; comme d'ailleurs l'essentiel du style Renaissance , dans la jeune foulée enthousiaste de Catherine de Médicis.

Ces couteaux sont des pièces de musée particulièrement rares. En Angleterre, le Victoria and Albert Museum de Londres, ainsi que le Fitzwilliam Museum de Cambridge en exposent quelques exemplaires.

modèles exposés à Cambridge - manches en ivoire et ébène 

En France, quatre très beaux modèles, richement décorés, sont répertoriés par le Musée du Louvre, et présentés au Musée de la Renaissance d' Ecouen ( Val d'Oise ) . C'est Alexandre Charles SAUVAGEOT, grand collectionneur, qui en fit don au Louvre en 1856.