Quelle classe pour ce couteau réalisé par Zhigzhit Bayashkalanov, à l'occasion du salon COUTELLIA 2017 !

Encore plus beau sur son socle artistique .

Les informations contenues dans  ce site ( Textes - Photos - Documents ) sont protégées par un copyright; rappelé par la signalétique "@ Le Couteau " présente en bas à gauche de chaque page

Dernière mise à jour

17/10/ 2017

****

Parmi les insertions récentes :

Le DOUK-DOUK vu par J.M. LAROCHE / régiuonaux / douk-douk / customisés

Clone DOUK-DOUK de Pradel Frères "Au Bidon" / régionaux / douk-douk / copies

Marques de SOLINGEN / Etranger / Allemagne

BOST SARRY / DEMOLLE : Catalogue

COUTELIERS de PARIS en 1922 / Documentation / autres

Liadou : modèles 2017

Le CANIF-REVOLVER (couteaux dédiés / couteaux curieux) 1921

La coutellerie de Chatellerault en 1910 ( par Camille PAGÉ)  / Autour du couteau / villes coutelières

catalogue WESTENHOLM 1930 marque I*XL et couteaux Barlow

Catalogue SHEFFIELD 1816

Catalogue Jacques MONGIN

Couteaux Commémoratis Révolution Française / Historiés

Catalogue PRADEL CHOMETTE

Couteaux Figuratifs : Les ANIMAUX

Le NONTRON / régionaux

catalogue 1991 de la COUTELLERIE NONTRONNAISE

DELAIRE Forges (Couteliers/fabricants/Thiers)

Le chateau du Pirou, par J.Louis GARRET

Les VILLES de Coutellerie

Même si THIERS mérite bien son titre de Capitale française de la coutellerie, et NOGENT, CHATELLERAUT ou PARIS celui de Fleurons historiques, il serait plus exact de parler en termes de "bassin coutelier".

C'est pourquoi des bourgades plus modestes leur seront rattachées, tant leur histoire, leur complémentarité ou leur concurrence sont évidentes.

THIERS

"THIERS, Capitale de la coutellerie française" : C'est autant un slogan qu'une réalité. C'est bien cette cité auvergnate qui a produit plus de 95% de la coutellerie en France, au cours des derniers siècles; reprenant même à son compte des productions très locales à des tarifs attractifs, grâce à une division du travail compétitive.

Centre de production et de commerce, elle a su très tôt gérer sa communication commerciale nationale, mais aussi internationale; et ses représentants emportaient leur "marmotte" d'échantillons et leurs bons de commande un peu partout dans le monde, jusqu'à des zones improbables de l'Amérique du Sud, de l'Asie ou de l'Afrique Noire.

Pour autant, ce n'est pas une ville seule qui fournissait les hommes et les productions; mais toute une région : la "montagne thiernoise".

Le Coutelier de Thiers

Dans une édition de 1899 du journal L'ILLUSTRATION, nous trouvons ce savoureux récit du voyage à Thiers d'un citadin pur-jus qui semble considérer tout rural comme un attardé ! sympathique certes, mais à peine civilisé !

Au delà du style pleurnichard de la relation, s'agissant de cette situation familiale précise, on y trouve des renseignements intéressants, aussi bien sur l'activité globale du pays thiernois, que sur le fonctionnement individuel des couteliers, et tout de même sur la situation sociale bien difficile des familles coutelières.

La coutellerie à Thiers en 1925 ( "L'Illustration")

CHATELLERAULT

 

 

Châtellerault et sa coutellerie

La ville de Châtellerault a une longue tradition coutelière, née dès le 13ème ou 14ème siècle. Il est probable qu'à cette époque sont nés les célèbres couteaux-dagues, universellement connus . . . et imités.

Pour autant, sa vitalité a été mise entre parenthèses jusqu'au milieu du XVIIIème, ou elle a repris une forte activité. D'abord avec une recrudescence des artisans couteliers; notamment des artisans de coutellerie de chasse, avec des productions de haute qualité.. Avant la Révolution Française, donc en fin de 18ème, on compte jusqu'à 1000 couteliers (maitres ou compagnons).

Puis cette activité décroit progressivement du fait de la créations de nouveaux grands axes de circulation, qui ne font plus de Châtellerault l'étape obligée pour les diligences de l'axe Paris-Bordeaux; dont les voyageurs étaient régulièrement "assaillis" par les vendeuses de couteaux; qui non seulement vendaient ainsi une part de la production, mais contribuaient ainsi à propager dans tout le pays et donc à Paris la reconnaissance de qualité des productions locales.

C'est la coutellerie de table, avec des maisons aussi connues que MERMILLIOT ou PAGÉ, que l'activité coutelière continuera, pour une cinquantaine d'années.

Mais ce qui contribuera de manière décisive au déclin de l'activité artisanale sera sans conteste la création de la Manufacture d'Armes de Châtellerault. A l'issue de la défaite de Napoléon Ier devant les armées européennes coalisées, les manufactures traditionnelles - pour l'essentiel situées à l'Est, sont jugées trop près des frontières; et il est décidé de les fermer et de créer une toute nouvelle grande manufacture au sud de la Loire: C'est Châtellerault qui sera finalement retenue. Avec l'apport technique des ouvriers couteliers de l' Est ( notamment Klingenthal et Mutzig ), son niveau de qualité sera suivi d'un niveau jamais atteint sur les quantités. Et c'est plus de 7000 ouvriers qui y travaillent lors de la Première Guerre mondiale de ,14-18; en faisant la manufacture la plus importante d'Europe. Productrice d'armes blanches d'abord (et particulièrement de sabres, comme ses homologues alsaciennes), elle s'orientera, à partir de 1830, vers les armes à feu.

Bien sûr, les couteliers locaux, familiers du travail du métal, y trouveront d'autant plus facilement leur place que les salaires sont bons . . . et beaucoup plus réguliers que dans l'artisanat. De surcroit, la Manufacture propose de services sociaux en avance sur leur temps; par exemple sur les frais médicaux ou l'indemnisation des jours chômés suite à des accidents; et même la perception d'une retraite dès 50 ans, avec 30 années d'activité. De plus, les enfants des ouvriers (dits "les manuchards") ont une priorité pour la formation professionnelle qui est dispensée, donc quasi assurés d'acquérir une haute qualification et de trouver ensuite facilement un emploi rémunérateur et durable.

 

La Manufacture de coutellerie PAGE s'est installée au bord du Clain, sur le site de Domine à Naintré, tout près de Chatellerault, en 1865. Elle fermera en 1931. Sa durée de vie et le volume de sa production ne justifierait pas forcément que son nom soit demeuré nettement plus célèbre que d'autres couteliers "voisins". Il faut y voir le surcroit de notoriété amené par l'un des frères, Georges Pagé, auteur d'une célèbre (et jamais égalée ) Encyclopédie de la Coutellerie.

La Table de Marque de CHATELLERAULT

 

LE MONDE & LA SCIENCE, revue de vulgarisation scientifique, présentait ainsi, en 1910,  la coutellerie de CHATELLERAULT

NOGENT & LANGRES

Bref Historique de la coutellerie à LANGRES & à NOGENT

Cette présentation est une contribution du chanoine Paul VIARD, à l'occasion d'une exposition réalisée au musée du Breuil de St Germain à Langres, en 1966.

Il existe plusieurs moyens de faire défiler ou de choisir une page.

Celui qui donne la meilleure lisibilité consiste à ouvrir en plein écran (carré avec flèche, à droite sous le display) et de faire avancer ou reculer avec les flèches du  pavé numérique de votre ordinateur

La COUTELLERIE à LANGRES au XVIIIème Siècle

Extrait de la présentation d'une exposition organisée au Musée du Breuil de St Germain, en 1989; à l'initiative de Benoît DECRON conservateur ( catalogue présenté prochainement dans la rubrique "catalogues")

Voir aussi le catalogue "Langres au 18ème" publié dans la section "Catalogues

NONTRON

PARIS

Magasin de coutellerie MORETTE Jeune en 1835