Quelle classe pour ce couteau réalisé par Zhigzhit Bayashkalanov, à l'occasion du salon COUTELLIA 2017 !

Encore plus beau sur son socle artistique .

Les informations contenues dans  ce site ( Textes - Photos - Documents ) sont protégées par un copyright; rappelé par la signalétique "@ Le Couteau " présente en bas à gauche de chaque page

Grand modèle de Laguiole 14cm fermé) réalisé par Angel NAVARRO en 1991 ( un an avant sa disparition).

manche ivoire / lame hispanisante / technique des platines retournées !

Dernière mise à jour

13/09/ 2017

****

Parmi les insertions récentes :

BOST SARRY / DEMOLLE : Catalogue

COUTELIERS de PARIS en 1922 / Documentation / autres

Liadou : modèles 2017

Le CANIF-REVOLVER (couteaux dédiés / couteaux curieux) 1921

La coutellerie de Chatellerault en 1910 ( par Camille PAGÉ)  / Autour du couteau / villes coutelières

catalogue WESTENHOLM 1930 marque I*XL et couteaux Barlow

Catalogue SHEFFIELD 1816

Catalogue Jacques MONGIN

Couteaux Commémoratis Révolution Française / Historiés

Catalogue PRADEL CHOMETTE

Couteaux Figuratifs : Les ANIMAUX

Le NONTRON / régionaux

catalogue 1991 de la COUTELLERIE NONTRONNAISE

DELAIRE Forges (Couteliers/fabricants/Thiers)

Le chateau du Pirou, par J.Louis GARRET

L' ISSOIRE

La ville d' ISSOIRE (Puy de Dôme) aurait eu des traditions coutelières au Moyen-âge; dont certains pensent que les armoiries de l'Eglise-abbatiale de la ville, St Austremoine, porteraient le témoignage en affichant une arme blanche: un poignard, ou un cimeterre selon les versions. Il est par contre attesté qu'existe bien à Issoire une voie dénommée "Rue des Couteliers" . . .

Nous n'entrerons pas dans la controverse héraldique. Constatons simplement qu'au milieu du 19ème siècle, le modèle "Issoire" est un couteau bien connu, et parfois décliné par certains fabricants sous l'appellation "façon Issoire". Ce libellé "façon" était une reconnaissance implicite de l'origine d'un produit connu, reconnu et faisant l'objet d'une demande soutenue de la clientèle. La terme "façon" était accompagné du nom usuel du modèle imité, ou même du nom du fabricant qui produisait le modèle original. Cette façon de procéder était alors considérée comme commercialement acceptable; et non comme une contrefaçon dommageable, donc condamnable.

Classiquement, l'ISSOIRE a des caractéristiques de base:

* un manche étroit, allant en s'affinant vers "le cul", et se terminant par un bec-de-corbin; il est le plus souvent en ivoire ou en os avec un décor pointillé. Il possède 2 mitres d'acier massif (parfois une seule): celle de cul est donc en bec-de-corbin; celle de tête est plutôt longue, voire très longue sur des modèles anciens. Elle peut être taillée "en diamant": l'arrondi final est alors remplacé par 2 pans coupés. Les côtes sont souvent fixées sur rosettes affleurantes ou de faible relief.

* une lame type feuille-de-sauge, mais à pointe rabattue. Cette  pointe est dotée d'un élégant contre-tranchant sur environ 1/3 de sa longueur. Au niveau du manche, elle s'articule avec un cran forcé, et présente une entablure légèrement débordante.

* un ressort se terminant par une "mouche" plutôt allongée, en "tête d'homme" ou à pans coupés. Elle participe à la beauté du couteau. Souvent, la fabrication du ressort laisse subsister une excroissance munie d'un trou, qui permet la fixation d'une chainette de gilet.

* le modèle 2 pièces est plutôt la règle, la seconde étant un puissant poinçon à pointe carrée, dit "marchand de vin"; il aurait eu les faveurs des "bougnats" montés à Paris pour retirer les bondes de fûts. Il semblerait même qu'à une époque plus ancienne, ce poinçon aurait permis de trouer un peu la futaille pour faire gouter la qualité du vin, quitte à reboucher ensuite d'une fine cheville de bois taillée grâce à la lame.

* Plus tard, notamment vers le milieu du 20ème siècle, sont apparus de nombreux modèles dérogeant à ces règles. En premier lieu par l'absence de mouche, qui simplifiait la production et en abaissait sensiblement le coût. Présence plus fréquente de bois de cerf ou de corne bovine; et, plus tard, de polyamide. Raréfaction du pointillage, synonyme là aussi d'économies. Malgré ces concessions, le couteau conserve une ligne très élégante.

L'issoire à mitre diamant est présent sur le catalogue 1925 d' Alcide MARCLAND, en version corne jaspée grise et noire

Les noms figurant sur les lames peuvent aussi bien être celles de fabricants que celles des revendeurs.

* Côté fabricants, une marque est plus connue que d'autres, en raison d'une production importante: BARNÉRIAS, et son marquage de "la tête de cochon". Production importante aussi pour SAINT JOANIS marquant au "74" et "St Joanis Mondière". De beaux et solides modèles pour THERIAS et son Crocus "73"; qui est sans doute le coutelier ayant "exporté" le plus dans les régions françaises, et contribué à faire connaitre ce beau couteau dont l'aire de vente d'origine se cantonnait essentiellement aux départements limitrophes. Le marquage de CHOTTON - ROSSIGNOL semble nous présenter une jambe artificielle ou une béquille (comme Prulhière). . . Erreur, il s'agit du manche d'un Couteau à Pied ! Ce fabricant produit des modèles élaborés, notamment avec un ressort fendu agissant sur 2 séries de pièces parallèles (voir photos). BROSSARD DACHÉ "à la cuillère" fabriqua aussi des Issoire.

5 marquages assez fréquents de couteliers, qui s'ajoutent à celui de Barnérias

*Côté Revendeurs, les plus en vue seront bien sûr ceux installés à Issoire. La lignée des CONTOU, CONTOU Jeune, et des CONTOU-BESSON a longuement tenu boutique, avant de passer la main à CHOVY au début des années 1900. Notons encore des lames marquées "JULIEN à Issoire"

La "tête de cochon"  de BARNERIAS

Il n'est bien sûr pas question du caractère d'un coutelier bien connu ( en réalité une véritable lignée, remontant au milieu du 19ème siècle) mais bien de ce marquage original, déposé dès 1871; qui figure sur une grande quantité de couteaux Issoire, tant cette production a été une grande spécialité prolixe de la maison Barnérias.

Ci-dessous une publicité de 1921, encadrée par 2 marquages de lames

 

Modèle Cerf à mitres plates

Manche en os; et beau poinçon "Marchand de vin"

Mitres plates également, avec manche en corne; belle mouche forgée longue

Ici, le manche est en ivoire

ST JOANIS MONDIERE  au"74"

Manche en Bois de CERF partiellement poli

Le manche est en os cerfé

THERIAS au Crocus "73"

A côté du "73", et au dessus du nom ,figure une fleur stylisée: le Crocus. Le manche est en corne

Cette photo permet de mieux juger de la robustesse de la lame et du poinçon. Ce couteau est né pour travailler, y compris en puissance !

Beau modèle à manche en ivoire pointillé

CHOTTON ROSSIGNOL

Le marquage de ce fabricant a été décrit comme représentant "un manche de couteau à pied" lors de son dépot en 1894, comme lors de son renouvellement de 1903. Mais le repreneur de la marque, VENNAT, a décrit en 1948 ce marquage comme une "béquille couronnée" jugeant sans doute que cet outil des métiers du cuir était peu connu, surtout dans cette variante. Il faut dire que sa nouvelle description colle bien à l'image !

Ce très rare modèle à manche en ivoire a la particularité de faire jouer ses pièces sur un ressort double, fendu à sa base; d'où une originale mouche en 2 parties !

RICORNET

Le marquage de lame de ce modèle fin en ivoire pointillé représente une sorte de flêche barrée appelée lors de son dépôt par RICORNET "bâton de la Vierge"

BARGE COLLANGE

Sur cet esemplaire en Cerf poli, la mitre basse est "plein manche"

DES INTERPRETATINS ACTUELLES

Magnifique reprise, par David PONSON, d'un modèle ancien d'une élégance remarquable. manche ivoire pointillé

2 très belles créations, avec tire-bouchon, de David BRENIERE