Quelle classe pour ce couteau réalisé par Zhigzhit Bayashkalanov, à l'occasion du salon COUTELLIA 2017 !

Encore plus beau sur son socle artistique .

Les informations contenues dans  ce site ( Textes - Photos - Documents ) sont protégées par un copyright; rappelé par la signalétique "@ Le Couteau " présente en bas à gauche de chaque page

Dernière mise à jour

17/10/ 2017

****

Parmi les insertions récentes :

Le DOUK-DOUK vu par J.M. LAROCHE / régiuonaux / douk-douk / customisés

Clone DOUK-DOUK de Pradel Frères "Au Bidon" / régionaux / douk-douk / copies

Marques de SOLINGEN / Etranger / Allemagne

BOST SARRY / DEMOLLE : Catalogue

COUTELIERS de PARIS en 1922 / Documentation / autres

Liadou : modèles 2017

Le CANIF-REVOLVER (couteaux dédiés / couteaux curieux) 1921

La coutellerie de Chatellerault en 1910 ( par Camille PAGÉ)  / Autour du couteau / villes coutelières

catalogue WESTENHOLM 1930 marque I*XL et couteaux Barlow

Catalogue SHEFFIELD 1816

Catalogue Jacques MONGIN

Couteaux Commémoratis Révolution Française / Historiés

Catalogue PRADEL CHOMETTE

Couteaux Figuratifs : Les ANIMAUX

Le NONTRON / régionaux

catalogue 1991 de la COUTELLERIE NONTRONNAISE

DELAIRE Forges (Couteliers/fabricants/Thiers)

Le chateau du Pirou, par J.Louis GARRET

Le CAPUCIN

C’est un nom qui nous renvoie aux moines dissimulés par leur longues robes de bure . . . Ce qui n’est pas faire fausse route ; puisque c’est la « capuche » de ce vêtement qui a donné le mot « CAPUCIN »

Le couteau, quand à lui, a hérité de ce même nom, car la forme de l’extrémité du manche rappelle bien la silhouette d’un moine dont le visage serait masqué par cette capuche. A tel point que quelques couteliers – au titre desquels la Manufacture COGNET -  ont poussé la similitude jusqu’à y graver un visage.

Ce couteau a la double particularité d’être extrêmement ancien, tout en ayant conservé au fil des siècles une forme à peu près identique. Sa silhouette figurant sur l’ouvrage de Fougeroux de Bondaroy (milieu du 18ème) en est un bon exemple. Mais il semblerait même qu’il ait connu le Moyen-âge !

Connu également comme « couteau à la capucine », il fait partie de la grande famille des couteaux pliants « primitifs », dits « à 2 clous » : l’un qui représente l’axe de rotation de lame ; l’autre – parfois plus fin – servant de butée au talon de lame lors de l’ouverture du couteau. Le seul « réglage » de lame consistait à tremper quelques heures le manche en bois dans l’eau, lorsque celui-ci, devenu trop sec, laissait à la lame un jeu excessif . . . et dangereux.

Ce manche était réalisé d’un seul  tenant, avec un simple trait de scie pour le mouvement de lame. Les manches de corne apparus ensuite étaient fabriqués sur le même principe. 2 rosettes renforçaient en général la solidité de l’assemblage.

On a également fabriqué des capucins, à partir du 19ème, dont la forme générale du manche s’apparente à celle de la jambette.

La lame est de forme Feuille de sauge, souvent assez épaisses pour assurer les  rudes travaux campagnard. On trouve cependant des exemplaires dont la lame est de type « catalane », avec ce décrochement que l’on retrouve aussi sur quelques modèles de Nontron. Lorsque la forme de manche est celle de la jambette, et que la lame est catalane, il était d’usage de nommer ces couteaux « Capucins Ariégeois », dans quelques catalogues.

Les Pyrénées sont sans conteste sa zone d’utilisation et de vente majeure ; plus particulièrement en Ariège. Mais il a plus largement conquis le tiers Sud de la France, Languedoc  Roussillon comme Sud-Ouest ; et Pézenas dans l’Hérault, comme Mirande dans le Gers, ont été des lieux importants de fabrication. En fait ce couteau a aussi été fabriqué dans plusieurs départements, tant il était de conception simple et de réalisation aisée.

L’ARIEGEOIS en est une version récente particulière, remise au gout du jour à FOIX (Ariège) en 1993, par Alain MONTARIOL. Certains modèles ont même vu leur manche prolongés d’une « »pointe » longue et affinée au lieu du capuchon traditionnel arrondi ; et se donnent ainsi un côté de couteau catalan avec cette brisure de ligne. Il faut dire que ce coutelier a de qui tenir, puisqu’il a repris le nom de la maison SAVIGNAC, déjà elle-même successeur de la maison GRAT, qui proposait notamment . . . des capucins ! Et on n’en a pas encore fini avec les générations puisque Olivier, le fils d’Alain, a tout récemment pris les manettes.

 

Ensemble ce capucins COGNET en corne: un classique et trois customisés, dont un exemplaire reprend la figure et la capuche du moine, à l'origine du nom de ce couteau traditionnel

extrait d'un ancien catalogue thiernois des couteaux proposés par Alcide MARCLAND

           DES CAPUCINS

Le marquage "76 Véritable BERNARD" rappelle que c'est Clément BERNARD qui déposa la marque à la fin du 19ème siècle. Ce couteau a été produit par les Frères MURE

Le coutelier thiernois BESSET est plus connu pour son marquage "31"; mais le "311" avait également été déposé

Ce couteau a ét fabriqué dans les années 30 par SAUVAGNAT GRIMAUD . Marquage au Casque de Lancier et aux initiales "AB"

Le marquage "A la Hache" est celui de Louis COPERÉ - fabrication des années 50

Le nom commercial "PELAIRE" est celui de PEYLAIRE  MURE - ancienne production

Même orthographe pour ce modèle plus récent, dont le manche en buffle noir est de forme originale

Ancien modèle à manche de bois, signé "La Cigogne" par PIDOT COURTADE

Manche de bois plus récent (buis) par CG MONDIERE PRADEL / marquage déposé en 1942

Une lame "catalane" pour MAYET BESSE "Au Gaulois"

Une silhouette élancée pour le capucin de FAYET DELIGNIERE

modèle assez récent, marqué "Pradel", à lame Inox

Très beau et très ancien capucin fin 19ème, marqué "Au Lièvre" par SOANEN MONDANEL, lointain prédecesseur de la manufacture COGNET

Capucins "ARIEGEOIS"

Le Caducée de GRANGE JEUNE nous ramène à la fin du 19ème

La "Lanterne des Morts" (ou "falot") de VAUZY cotoie une corne grise jaspée

Le marquage de DOURIS représente une "croix sur socle" ou "Croix à pied"

Illusion ! Malgré sa silhouette de capucin Ariégeois ou sa dénomination "Laguiole", il s'agit d'un simple couteau à ressort fabriqué par CHEZE, ne justifiant d'aucune d'entre elles . . .

Marquages de Revendeurs

    SOUM à Bédarieux (Hérault)

Lame très imposante pour ce "CAMPINS" ?

modèle "Ariégeois" signé du nom BOURDALÉ

Ariégeois encore: c'est bien normal, pour ce petit modèle de E. MAURY, installé à Foix

La maison SAVIGNAC ne se contente pas de vendre; mais assure le montage de ce "renouveau" du capucin pyrénéen