Quelle classe pour ce couteau réalisé par Zhigzhit Bayashkalanov, à l'occasion du salon COUTELLIA 2017 !

Encore plus beau sur son socle artistique .

Les informations contenues dans  ce site ( Textes - Photos - Documents ) sont protégées par un copyright; rappelé par la signalétique "@ Le Couteau " présente en bas à gauche de chaque page

Dernière mise à jour

21/11/ 2017

****

Parmi les insertions récentes :

Le DOUK-DOUK vu par J.M. LAROCHE / régiuonaux / douk-douk / customisés

Clone DOUK-DOUK de Pradel Frères "Au Bidon" / régionaux / douk-douk / copies

Marques de SOLINGEN / Etranger / Allemagne

BOST SARRY / DEMOLLE : Catalogue

COUTELIERS de PARIS en 1922 / Documentation / autres

Liadou : modèles 2017

Le CANIF-REVOLVER (couteaux dédiés / couteaux curieux) 1921

La coutellerie de Chatellerault en 1910 ( par Camille PAGÉ)  / Autour du couteau / villes coutelières

catalogue WESTENHOLM 1930 marque I*XL et couteaux Barlow

Catalogue SHEFFIELD 1816

Catalogue Jacques MONGIN

Couteaux Commémoratis Révolution Française / Historiés

Catalogue PRADEL CHOMETTE

Couteaux Figuratifs : Les ANIMAUX

Le NONTRON / régionaux

catalogue 1991 de la COUTELLERIE NONTRONNAISE

DELAIRE Forges (Couteliers/fabricants/Thiers)

Le chateau du Pirou, par J.Louis GARRET

Les DOUK-DOUK véritables

Le plus connu : LE SORCIER

C'est le plus connu car c'est celui qui est toujours produit, qui est le plus produit, qui a envahi tous les continents, celui qui a été le premier à tous égards, et qui a fondé la légende du DOUK-DOUK.

L'histoire est belle:

Dans un 19ème et un début de 20ème siècle où Thiers s'exportait dans le monde entier, la Manufacture de Coutellerie COGNET était l'une des plus exhaustives, et avait pénétré bien des pays, parfois bien mal connus en France.

C'est dans ce souci d'expansion que, en 1928-1929, Gaspard (dit "Gaston") COGNET décida de commercialiser un couteau simple, efficace et bon marché à produire , un couteau "de traite", dans un archipel quasi inconnu de l'Océan Pacifique: La MELANESIE. Feuilletant un dictionnaire pour rechercher une "accroche" commerciale, il eut l'œil instantanément attiré par le dessin d'un sorcier local appelé "douk-douk". La tête prise dans un grand masque pointu, et le corps recouvert de feuilles de palmier, il symbolisait un redouté dieu punisseur chargé - à coups aidant- de faire passer les jeunes à l'âge adulte dans le cadre d'une initiation compliquée et souvent douloureuse. Le coutelier tenait son personnage; et le marquage fut déposé en 1930.

Le succès ne fut absolument pas au rendez-vous, malgré une audacieuse lame inspirée des cimeterres turcs; qui en faisait un couteau résolument exotique. Face à ces ventes très décevantes, Gaston COGNET, jamais découragé, s'obstina à les proposer dans divers pays éloignés.

Et c'est en Afrique que le Douk-Douk trouva son public: très vite en Afrique du Nord; plus tard en Afrique Noire. Sa migration internationale l'amena aussi au Moyen Orient (Liban) ou même en Asie ( via l'Indochine où nos militaires le firent connaître)

En Algérie, la qualité de son tranchant et la facilité à le cacher du fait de sa faible épaisseur, en firent le compagnon des combattants du F.L.N. , tandis que les troupes françaises sur place l'utilisaient aussi au quotidien ! Il faut dire que la D.S.T. l'ayant considéré comme une arme dangereuse aux mains du F.L.N. en bloqua un temps la production et l'importation. les stocks confisqués chez les grossistes et revendeurs algériens furent redistribués à l'Armée Française qui l'apprécia, et l'adopta comme une sorte de couteau règlementaire de paquetage, dont il n'eut pourtant jamais le statut . . .

Cette série extraite du catalogue de 1960 montre une grande variété de lames : "Turque" bien sûr; mais aussi "Bourbonnaise" ou "Pied-de-mouton"; et même "Yatagan" pour le modèle "LION"

Le couteau frappé au SORCIER donna lieu à une série de déclinaisons à inspiration plus locale, avec la CROIX Du SUD (ou Croix d'Agadès), EL BARAKA , ou LE SAHARIEN en 1950; comme  le CHACAL ED DIB en 1960. Le couteau gagna la clientèle de l'ensemble de l'Afrique du Nord.

Parallèlement, un modèle LE TIKI, créé en 1950, tentait à nouveau de se concilier le marché de l'Océanie; mais c'est encore au Maghreb que sa vente fut la plus forte.

A noter que, dès le début, en 1930, avait été produit en quantités moindres, un modèle dit LE LION, figurant sans doute le "Lion de l'Atlas", une catégorie de lion vivant dans cette région; et dont - à l'état sauvage-  l'extinction totale remonte environ à 1940. Quelques spécimens se reproduisent encore dans un parc zoologique marocain.

Ce couteau présent en 2 tailles ( 16 et 19 cm ouvert) connut d'autres modèles, comme le RDA en 1957. Cadeau de campagne électorale de Félix Houphouët-Boigny, alors président de la République Démocratique Africaine ( qui devint plus tard, à son indépendance, la Cote d' Ivoire). Il jouait sur une ambiguïté : le nom officiel marqué sur le manche "Royal Drums Ancestors" (Tambours Royaux Ancestraux), dont les initiales étaient ainsi les mêmes.

Citons également une production marquée à "LA LEVRETTE" l'un des marquages phares de la M.C.C. utilisé pour des modèles très différents du Douk-Douk.

2 exemplaires "RILSANÉS", généralement utilisés pour des articles publicitaires

Le manche, produit par pliage et englobant le ressort, était classiquement fabriqué en acier carbone à oxydation stabilisée noire. Quelques modèles, de gamme plus soignée, étaient "chromés" avec une sorte d'argenture appelée "Spalek". Quelques très rares modèles ont été "Rilsanés", donc couvert de Rilsan, un revêtement synthétique souple permettant la couleur. Plus rares encore, quelques modèles couleurs émaillés au four (notamment un vert). L'Inox ne viendra que plus tard. Et il faudra attendre les années 80/90 pour trouver plusieurs palettes de couleurs successives.

Le SORCIER

Le modèle "SORCIER" de base a une variété de modèles souvent méconnue: 2 tailles pour le manche oxydé; 2 pour le manche "chromé" en métal blanc brillant; 2 pour l'oxydé à lame rabattue; et 2 également pour le modèle à lame noire satinée

Cette trousse-étui propose les 3 tailles de douk-douk : le Petit (16 cm ouvert); le Grand (20 cm) et le Géant ( 26 cm )

Ces 2 exemplaires sont réalisés en métal brillant, mais celui de dessous est beaucoup plus ancien et comporte plusieurs différences, comparé au modèle actuel: "cul" de manche moins arrondi / Bélière ronde au lieu d'être plate, brillante et npn noire / personnage Douk-Douk de forme plus ronde / axe "de cul" non visible, car noyé dans le retour de ressort, qui allait jusqu'au bord avant.

Ce modèle à bélière ronde figure sous le n° 815 , dans le catalogue argenté des années 30

L'humble douk-douk rencontre aussi parfois le luxe: l'Argent, le Damas ou l'Ivoire lui vont bien. . .

LE  GÉANT

Ces très grands modèles de 26 cm sont appelés "LE GÉANT"; et ont aussi pour particularité d'avoir un manche galbé.  Ils sont tous à manche en acier "oxydé", mais on peut noter quelques différences: les 2 du haut font partie d'une série limitée, et possèdent donc un numéro de série. Les 2 modèles du bas ne sont pas numérotés; mais le dernier dispose d'une lame noire.

On voit mieux ici les 2 lames différentes

Ces 2 modèles "de luxe" du Géant ont un acier verni noir. les gravures et impressions sont proches, sans être toutefois exactement les mêmes. Le modèle du bas, sorti en TRES petite série, dispose d'une bélière différente, et le Noir Verni plus brillant

La gravure du corps du sorcier a été remplie par brasure, contrairement aux lettres

Lors de la sortie de ce couteau d'exception, la M.C.C. a fait imprimer un feuillet spécial, le présentant au sein de la "Famille Douk-Douk"

L'ECUREUIL

L' "ECUREUIL", présent en 2 tailles, a toujours une lame bourbonnaise centrée

LE BARAKA

2 tailles avec lame turque, et Croix d'Agadès sur le manche. Le texte figurant sous cette croix est: "EL  BARAKA"

2 modèles beaucoup plus anciens: lame turque du milieu des années 50; lame rabattue du tout début des années 60. La mention gravée sur le manche est : "LA  BARAKA". La Croix du Sud n'est pas disposée dans le même sens.

Le ED-DIB - Le Chacal

Manche acier Oxydé noir

Manche chromé brillant. La bélière est aussi brillante, et non noire

 

Modèle unique en Laiton - Prototype finalement non commercialisé

LE  TIKI

4 modèles, 2 tailles, 2 types de lame; et lame noire pour les 2 modèles du centre. En haut, le rechercé modèle MACINA . En bas, modèle ancien des années 60

LA LEVRETTE

3 modèles à lame boubonnaise

Existait aussi en lame turque

Petit modèle des années 60 dont le talon de lame porte le marquage LA LEVRETTE - Thiers

 

LE LION

 2 modèles, 2 lames, 2 époques : le grand modèle date des années 30/40 avec une lame s'inspirant de la lame yatagan, avec une ligne très orientale. Le petit est de montage beaucoup plus récent. Les graphismes sont proches, mais différents. L'inscription "LE LION" ne figure que sur le modèle ancien

L'ELEPHANT

Rarissime modèle commandé par la F.A.O. ( "Food & Agriculture Organization" des Nations Unies ) avec le symbole des éléphants apportant l'aide alimentaire aux pays africains en grande difficulté

LA GIRAFE

Entre le marquage de GIMEL SAUVAGNAT (1859 /en haut) et celui de Gaston COGNET (1932 à 1977 / en bas), il s'est passé plus d'un siècle et plusieurs détenteurs de la même lignée Soanen/Barnérias / Cognet. Ce marquage a été régulièrement déposé et renouvelé. Pourtant rarissime sont les couteaux portant le marquage "à LA GIRAFE". C'est le cas de ce douk-douk bourbonnais du début des années 60

Le  R.D.A.

Le R.D.A. était décliné en plusieurs couleurs

Fabrications Particulières

Comme le RDA ci-dessus, il arrive que la Manufacture de Coutellerie COGNET fasse l'objet d'une demande particulière; afin de promouvoir une marque, de commémorer un évènement, ou d'affirmer une identité. Il s'agit de petites séries, comportant parfois une petite variante souhaitée par le commanditaire. Mais c'est surtout la gravure de manche, parfois l'impression de lame qui est le mode usuel.

Par leur rareté, ces couteaux, qui ne sont pas à confondre avec les "clones" d'imitation ou d'inspiration, sont des pièces recherchées par les collectionneurs

Publicitaires

Ce modèle à lame centrée rappelle que la quincaillerie VIDAL est un fournisseur incontournable de l'outillage, en région bordelaise, depuis 1925

Lame bourbonnaise aussi, pour ZEP Industrie, fournisseur de produits de maintenance et de propreté de la région Centre

L' enclume présente sur le motif rappelle qu'avant de s'installer à Thiers en 1980, et d'y tenir une coutellerie réputée, la famille CHAMBRIARD avait forgé à Viscomtat des couteaux monobloc

Disparue en 2013, la société AGRIPAX, spécialisée dans le commerce de gros de matériel sanitaire, est née dans les années 60 au Puy. Les couteaux commandés (petit formamt) étaient un modèle d'époque avec 2 doubles tirets sur le manche. Pas de bélière sur ce modèle, à la demande de l'entreprise; fabriqué avec 2 types de lames

Co-productions  COGNET & COURTY ( célèbre armurerie coutellerie parisienne) des années 2000

Le manche comporte la gravure d'un curieux personnage de forme ovoïde, symbole commercial de la société AKERON, fournisseurs de matériel et de coutellerie de plein-air

Dans cette version,la lame turque est d'un beau noir verni

Identitaires

Le douk-douk "PIERREUX" a été créé par une association de carriers sculpteurs, et par l'entremise de la coutellerie parisienne COURTY

Version à lame turque . Il n'a été fabriqué que 300 exemplaires, pour les 2 modèles.

Le service communication ( ou l'OTSI ) de Thiers a choisi le modèle TIKI à lame noire pour promouvoir l'image de la ville

En 2008, le P.S.E.C.F. ( Paris Sud Est Chapter France ) , club de bikers Harley Davidson , fêtait son 15ème anniversaire avec ce douk-douk

Le couteau du chasseur CORSE: le douk-douk "A  MUVRA", décoré d'une magnifique tête de mouflon.En bas, un exemplaire à manche "oxydé". En haut, modèle chromé

Et, pour les passionnés du Sanglier, le modèle "U CIGNALINU"

Commémoratifs

Avant de s'appeler COUTELLIA, le salon annuel de Thiers a porté quelques années le nom de KNIFE SHOW, à une époque où les amoureux du couteau custom ne juraient que par les USA. En 1994, ce beau modèle était proposé aux visiteurs.

Autres Créations

En 2011, sur une idée de Fred Perrin, Pierrot COGNET (en médaillon) crée le VENDEDOUK, sur les principes traditionnels du Douk-Douk, mais avec une ligne clairement inspirée des "Vendetta" ou des Napolitains anciens. Sur le manche, une forme stylisée de l'Ile de Beauté.

Extrait d'un reportage effectué par l'hebdomadaire belge "Le Patriote " sur les sociétés secrètes des Iles du Pacifique, en 1936.

Et, pour finir, un petit

STRIP-TEASE ?

Vous vous dites bien sûr : " Mais, voyons, c'est un BUNDU !  Pas un DOUK-DOUK !

Ce n'est pas faux; et pourtant . . .

Dans un article de 1988, dans La Gazette des Couteaux, J.R. GLERGEAUX analysait ce couteau comme " UN DOUK DOUK en SURVETEMENT "

Pour bien apprécier cette affirmation judicieuse, il suffisait de démonter les côtes cacoles du Bundu

Il avait raison !