MERCI DE VOTRE VISITE

Les informations contenues dans  ce site ( Textes - Photos - Documents ) sont protégées par un copyright; rappelé par la signalétique "@ Le Couteau " présente en bas à gauche de chaque page

Gilles BOULET a dû profiter du confinement pour mettre la dernière main à son ouvrage "Couteaux Traditionnels et néo-régionaux du Massif Central",

sorti en Août 2020.

Comme le précise son titre, vous y retrouverez des couteaux traditionnels déjà décrits dans sa publication précédente "Dico-Chineur des couteaux pliants".

Mais s'y adjoignent les créations à caractère très local, inspirées par une ville, une rivière, un mont, une tradition . . .

100 pages bien illustrées, de présentation claire et précise.

Il trouvera naturellement sa place dans vos lectures favorites.

Voir le nouveau chapitre sur les TASCHENFEITEL

Dernière mise à jour 

03  / 11 / 2020

****

Parmi les insertions récentes :

Les TRATTENBACHER autrichiens / Etranger / Autriche

Tailles des Opinels actuels / Régionaux / Opinel / Fabrication actuelle

"BOULEDOGUES U.S." Précisions / Régionaux / Manufrance / Bouledogue 

Marquages arabes et Marquages / Couteliers & Marquages / Marquages

Jean Michel CAYRON / couteliers et marquages / couteliers d'art et artisans

Catalogue RENARD & COURTOT / Catalogue

Mini Catalogue "Le Couteau de Thiers"

La Coutellerie à MOULINS / Couteliers et marquages / couteliers et Fabricants / MOULINS

Catalogue BROSSARD DACHÉ 1950 (50 pages) / Catalogues

Catalogue SABATIER Jeune 1921-1930  / catalogues

Pistolet Dague 1850 / Couteaux dédiés / couteaux curieux

Catalogue TICHET / Catalogues

Coutellerie TICHET à Paris /Couteliers & Marquages / Couteliers revendeurs / 75

L' AURILLAC / couteaux régionaux / Aurillac

Le TUMI, couteau sacrificiel INCA / couteaux dédiés / usage exclusif / autres

LES COUTEAUX TRUFFIERS / Couteaux dédiés / couteaux de métier ou de fonction / Agriculture  . . .

KITA Couteaux assistés & pinces / Techniques / systèmes/ ouverture assistée / KITA

Taille des lames / Technique / tailles

Vente F.A. PETER Novembre 1984 / Catalogues / Catalogues de vente

FRANCE EXPORTATION / Couteliers & fabricants de Thiers

LE DONJON / couteaux régionaux

Couteliers et Revendeurs / présentation / Couteliers & Marquages / couteliers revendeurs

Jean TANAZACQ - son parcours personnel / Couteliers / Couteliers d'Art

Collection de 550 PIN'S de coutellerie / Autour du Couteau

L' Automatique DAVID - Gimel Bargeon / Techniques / Automatiques 1

Catalogue TARRY LEVIGNE / catalogues

Le NAJAC  / couetaux régionaux / couteaux néo-régionaux

Catalogue DUCHER années 1950 / catalogues

Le chateau du Pirou, par J.Louis GARRET

Couteaux AGRICOLES, de TAILLE, de GREFFE & de JARDINAGE

LE COUTEAU A REVIRER

Le couteau "à revirer" est le témoin d'un savoir-faire aveyronnais ancien et très spécifique.

Connu depuis environ 1000 ans, le célèbre fromage de ROQUEFORT(Roquefort-sur-Soulzon pour être précis)  doit bien sûr beaucoup à l'ensemencement des fromages de brebis; mais aussi à l'atmosphère équilibrée et constante de ses caves, grottes naturelles au début, parfois un peu aménagées ensuite. Là , les "pains" de roquefort s'affinent lentement.

Mais il y faut aussi toute la vigilance de l'homme; ces "hommes" étant en l'occurrence plutôt des femmes ! Celles qui retournent, salent et surveillent ces précieux fromages du Rouergue. Ce sont les "cabanières" ( les "cabanes" étant un nom dérivé de celui de "cave").

L'une de leurs fonctions, pendant cette maturation, consistait à gratter régulièrement une partie de la "fleur" qui se développe à la surface du fromage, tout en le retournant; ce qui a donné le nom de "revirage" à cette opération.

Pour cela, elles utilisaient un couteau très spécifique, donc dit "couteau à revirer", d'environ 25 cm, doté d'un manche très fin, et d'une lame large et peu coupante. Vendu dans les magasins de la région, il était fabriqué à Thiers; par exemple la maison Alexis CORNET, avec sa marque "A.F.A" gravée sur la lame. Parfois, c'est le nom du revendeur qui apparaissait: c'est le cas du modèle présenté, marqué "CELLE  Millau"; une coutellerie armurerie, qui a fermé tout récemment pour cause de retraite.

L'utilisation de ce couteau avait déjà fortement diminué au début du siècle dernier, vers 1910, avec l'utilisation de papier d'étain, qui limitait sensiblement le développement de la fleur, diminuait la perte de matière engendrée par le revirage et ne nécessitait plus guère qu'un nettoyage d'avant-vente.

Les "CABANIERES" chargées d'accompagner l'affinage du Roquefort

Cette carte postale ancienne nous montre des CABANIERES en plein trail de REVIRAGE des pains de Roquefort

Cette vue est plus récente.

On ne voit plus que le sel, à gauche de l'entrée. Les Cabanières sont surtout des Saleuses.

Sy ajoutera le travail d'enveloppement au papier d'étain.

Une société de production a pérennisé le souvenir du travail des Cabanières en faisant de leur nom une appellation commerciale : "La Cabanière"

La cabanière est munie d'un couteau pour le revirage

Tout récemment, Michel BRAS, le célèbre cuisinier de Laguiole, s'est associé à son frère André pour créer un superbe couteau à fromage inspiré du couteau à revirer.

Il est produit par les Forges de Laguiole

  Les Couteaux TRUFFIERS

La truffe, connue depuis plusieurs millénaires, a toujours fait - avant la maîtrise de sa culture - l'objet de recherches passionnées . . . et rémunératrices ! Le "diamant noir de la Gastronomie" a toujours eu de fervents et fortunés adeptes.

        gravure du cavage traditionnel, qui se faisait à l'aide d'un cochon

Que sa recherche se fit avec un cochon, ou - plus tard - un chien, le ramasseur a toujours eu besoin d'un couteau : qu'il s'agisse de nettoyer ou découper, l'outil s'imposait. Le marché ne proposant pas de couteau spécifique, c'est le couteau de poche paysan qui a été longtemps ce fidèle compagnon du chercheur.

Au début du 19ème siècle, quelques esprits avisés ont eu l'idée de détourner pour cette fonction particulière une catégories de canifs déjà existants, mais qui avaient été conçus pour . . . l'écriture !

Connus sous diverses appellations ("couteaux de notaire", " couteaux de greffiers", couteaux de scribes" .. . ) ils avaient tous en commun  de posséder une petite lame fine, coupante et légèrement courbe, qui servait à tailler et régénérer les plumes d'oie consacrées à l'écriture. En cas de faute ou de rature, elles permettaient aussi de "gratter" l'inscription erronée.

Mais le papier ancien, souvent contenant des fibres notables, végétales ou de chiffon, devenait du coup irrégulier et impropre à supporter une nouvelle inscription: c'est pourquoi ces canifs d'écriture comportaient à l'autre extrémité un "cul" arrondi et bien lisse. Il servait, en le passant à plusieurs reprises, à tasser la feuille, la redensifier à l'endroit où l'on avait été contraint de la gratter. Sur certains exemplaires, cette extrémité prenait la forme d'une sorte de corne.

C'est cet ensemble de caractéristiques qui attira l'attention des ramasseurs et marchands de truffes: avec un volume réduit, ce couteau permettait à la fois de nettoyer la terre de la truffe grâce à cette point, de fignoler ce travail avec la pointe de la lame; et enfin de découper finement les parties impropres à la consommation et à la vente : partie gelées, pourries ou abimées.

Les couteliers de Thiers, conscients de ce petit marché, firent évoluer le couteau pour mieux l'adapter à cette nouvelle fonction: une pointe plus nette fut sculptée dans la corne de l'extrémité du manche ( c'est pourquoi, contrairement aux couteaux de notaire, on ne trouve quasiment pas de manche de bois, qui se serait usé trop rapidement ). les lames destinées à cet usage devinrent un peu plus épaisses. On fabriqua même des modèles fixes, non pliables.

Ce couteau truffier, marqué à "la mitre d'êveque" a été produit vers 1870 par la coutellerie SOANEN

Cet exemplaire, datant des années 1980, est une fabrication de la M.C. COGNET, lointain sussesseur du précédent

Avec un marquage "au coeur couronné, qui ressemble étonnament à la mitre de Soanen, fabrication du thiernoius BOULAY

Ce couteau truffier d' Edouard MURE, vraisemblablement daté des années 1930/1940, a la particularité de ne pas se plier: c'est un modèle fixe, plus grand, et à lame plus importante.

Très récemment, des couteaux truffiers d'un nouveau genre ont vu le jour: Beaucoup plus gros, dotés de plusieurs fonctions, ils ont sans doute des qualités fonctionnelles; mais sont loin de l'élégance des modèles anciens !

Ainsi les productions d'un couteau dit "Truffaïre", dont le manche est en forme de micorhyse de truffe.

Pour autant, le couteau traditionnel est toujours fabriqué, à Thiers, par la maison Cognet - qui en fabriquait déjà il y a 150 ans sous le nom Soanen - ; et distribué par plusieurs revendeurs.

En Dordogne, un coutelier installé à Marsac sur l'Isle, Antoine BORDE a même créé un superbe modèle de "Périgueux" comportant dans sa lame une scène gravée de cavage; et justement baptisé le "Périgueux Tuber" en hommage à la truffe du Périgord, la célèbre "Tuber Melanosporum"