Couteau COGNET à lame serpette - Marquage AU LIEVRE

Les informations contenues dans  ce site ( Textes - Photos - Documents ) sont protégées par un copyright; rappelé par la signalétique "@ Le Couteau " présente en bas à gauche de chaque page

Grand modèle de Laguiole 14cm fermé) réalisé par Angel NAVARRO en 1991. manche ivoire / lame hispanisante / technique des platines retournées !

Dernière mise à jour

22/07/ 2017

****

Parmi les insertions récentes :

Liadou : modèles 2017

Le CANIF-REVOLVER (couteaux dédiés / couteaux curieux) 1921

La coutellerie de Chatellerault en 1910 ( par Camille PAGÉ)  / Autour du couteau / villes coutelières

catalogue WESTENHOLM 1930 marque I*XL et couteaux Barlow

Catalogue SHEFFIELD 1816

Catalogue Jacques MONGIN

Couteaux Commémoratis Révolution Française / Historiés

Catalogue PRADEL CHOMETTE

Couteaux Figuratifs : Les ANIMAUX

Le NONTRON / régionaux

catalogue 1991 de la COUTELLERIE NONTRONNAISE

DELAIRE Forges (Couteliers/fabricants/Thiers)

Le chateau du Pirou, par J.Louis GARRET

L'AFFUTAGE

 

 

Conseils Basiques pour l’affutage « Domestique »

Les aciers alliés, et particulièrement l’inox, ont la particularité de tenir l’affutage un peu plus longtemps, mais celui-ci est plus délicat à réaliser ou à renouveler, sans matériel un peu plus particulier,  qu’ avec l’acier traditionnel, dit « au carbone » ( même si tous en contiennent) , l’acier « qui noircit et qui rouille ».

CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE :

-          Utiliser une MEULE électrique tournant à 2800 ou 3000 tours/mn : Le métal « part » très vite / comme elle est étroite, difficile – même pour un habitué- d’obtenir un travail bien régulier sur toute la longueur de lame / enfin, la rotation courte échauffe les grains de corindon de la meule, et détrempe très vite l’acier, sur l’ensemble du fil de lame !

-          Si l’on utilise une pierre « à huile », ne surtout pas mettre d’huile, mais de l’eau ! Ceci est bien sûr valable pour une pierre neuve, celles ayant été déjà « graissées » ne pouvant être récupérées ; elles ont alors l’inconvénient de conserver les micro-copeaux d’acier, et de rayer la face de la lame.

CE QU’ON PEUT FAIRE A LA RIGUEUR :

-          Utiliser une meule à eau, qui tourne plus lentement et refroidit l’acier en permanence

-          Utiliser une trousse complète, avec systèmes de fixation des angles d’affutage ( genre Lansky, ou Gatco)

-          Les 2 sont excellents, mais demandent une maitrise qu’on n’acquiert pas à l’occasion d’affutages rares et espacés. Et le temps de travail est assez long.

POUR FAIRE AU PLUS SIMPLE :

-          Une Pierre Diamantée est un excellent outil, sous réserve de prendre un exemplaire de qualité (sinon, on en trouve à très bas prix aux camions de quincaillerie ou rayons de supermarchés . . . à éviter absolument ! ) Utilisée avec de l’eau, elle permet d’enlever du métal relativement vite. Certains modèles ont 2 faces comportant 2 grains différents : une pour « dépoter », une pour « fignoler »

-          Si ont veut un travail un peu soigné, il est intéressant de finir avec une pierre fine, genre Arkansas, ou Coticule ; ce qui assure un FIL de qualité, réaffilable au fusil.

POUR AFFUTER :

-          Respecter un angle d’affutage d’environ 20° (valable pour un couteau de poche classique – sinon 25° pour des couteaux de chasse / 15° pour des couteaux très fins, comme des couteaux de cuisine à lever les filets de sole ; ou des couteaux d’office à lame fine)

-          On attaque par la pointe, en poussant contre le fil, et en tournant doucement pour faire la partie droite du fil sans rotation / on alterne les 2 côtés /pour de simple raisons de latéralisation, l’un se fait tout naturellement ; l’autre moins.

-          Selon l’état de la lame, le nombre de passages peut varier d’une dizaine à une trentaine / on finit au contraire en fuyant le fil (en tirant dans le sens dos-fil

-          L’idéal est de terminer par un passage au fusil d’affutage (les meilleurs sont ceux à mèche à section ovoïde ; voire en céramique). S’il reste un léger morfil d’affutage, on passe le fil de lame sur un morceau de bois, où il perd ses derniers « mini-micro-copeaux »

 

 



 

En Cours