Couteau COGNET à lame serpette - Marquage AU LIEVRE

Les informations contenues dans  ce site ( Textes - Photos - Documents ) sont protégées par un copyright; rappelé par la signalétique "@ Le Couteau " présente en bas à gauche de chaque page

Grand modèle de Laguiole 14cm fermé) réalisé par Angel NAVARRO en 1991. manche ivoire / lame hispanisante / technique des platines retournées !

Dernière mise à jour

22/07/ 2017

****

Parmi les insertions récentes :

Liadou : modèles 2017

Le CANIF-REVOLVER (couteaux dédiés / couteaux curieux) 1921

La coutellerie de Chatellerault en 1910 ( par Camille PAGÉ)  / Autour du couteau / villes coutelières

catalogue WESTENHOLM 1930 marque I*XL et couteaux Barlow

Catalogue SHEFFIELD 1816

Catalogue Jacques MONGIN

Couteaux Commémoratis Révolution Française / Historiés

Catalogue PRADEL CHOMETTE

Couteaux Figuratifs : Les ANIMAUX

Le NONTRON / régionaux

catalogue 1991 de la COUTELLERIE NONTRONNAISE

DELAIRE Forges (Couteliers/fabricants/Thiers)

Le chateau du Pirou, par J.Louis GARRET

Forges DELAIRE

Cette entreprise de coutellerie remonte au 17ème siècle; plus précisément à 1664, année de sa fondation. Représentée par Michel Rigaudias puis Jean Piot au 17ème, par François Guillemein, Guillaume Tournaire, Louis Serendat et Jean Serendat Biaugey au 18ème, c'est Jean Serendat-Poudrille qui la reprend en 1811, Georges Delaire-Serendat vers 1840, puis sa veuve de 1867 à 1871. A partir cette date, c'est Jean DELAIRE qui tient les rênes; il associera son fils en 1908, en fondant la société "Jean DELAIRE & Fils".

L'entreprise a très longuement exercé dans le quartier du Moutier, à Thiers.

                                                Les principaux marquages déposés en 1899

En 1880, elle rachète un bâtiment industriel dit "Usine de MONTMEILLANT", situé dans la voie du même nom. Papeterie gérée par la famille Bouchet Malmenaide depuis 1836, elle a été reprise en 1864 par la famille GRELICHE, qui y installe un rouet à émoudre.

Son directeur, Jean DELAIRE BOURGEOIS, s'emploie activement à une modernisation remarquable des outillages et des techniques. Pour cela, il voyage beaucoup, à la rencontre de ses homologues français ou étrangers: il rapatriera ainsi plusieurs savoir-faire dans le domaine de la cisellerie (dorure, nickelage, décolletage des vis . . . ) ainsi que des techniques de Forge mécanique.

C'est ainsi que l'entreprise devient performante, et glanera même une Médaille d'Or à l'exposition universelle de 1900. Cette mention viendra s'ajouter aux marquages spécifiques "JD", "JD" couronné, "D" et "D" couronné, ou la "Fleur de Lys". L'entreprise emploie alors environ 200 personnes, dont 70 ouvriers à l'usine, les autres comme travailleurs à domicile. Elle aura même recours à la sous-traitance pour honorer des commandes importantes.

Au début du 20ème siècle, elle se spécialise dans une activité de sécateurs forgés, particulièrement sur la taillanderie de vendange; mais aussi ciseaux à volailles (voir catalogue). Progressivement c'est l'activité de forgeage et d'estampage qui domine l'activité, jusqu'à l'abandon même du volet Coutellerie.  Cependant les activités de coutellerie pure seront reprises en 1944 par Pierre PURIER SAUVADE, qui réutilise les marquages Delaire et y ajoute "Delairinox" et "Purinox".

En 1980, la société est rachetée par le groupe Anoflex ( qui a remplacé Soderax) et oriente de manière radicalement différente son activité, en travaillant pour l'industrie automobile (confection de raccords).

La cessation définitive d'activité est intervenue à la fin de l'année 2004; on comptait alors moins de 10 salariés.

                 Tableau d'Albert BEAURÉ, représentant un atelier de l'entrprise DELAIRE en 1911